Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Qui suis-je ?

Hughel 2
 

Nom : Comeau-Montasse

 

Prénom : Thibault

 

Âge: 30 ans

 

Job: préparateur documentaire à la centrale nucléaire du Tricastin (prestataire pour EDF)

 

Localisation: Saint-Paul Trois Châteaux, Drôme, Rhône-Alpes, France, Planète Terre, réalité n°246820 de la simulation créatrice

 

Passions: musique, jeux vidéos, jeux de rôle, lecture et, bien sûr, écriture

 

M'ECRIRE

 

LIEN VERS MON NOUVEAU BLOG

Citation du jour

  « On ne fait rien d’extraordinaire sans hommes extraordinaires,

  et les hommes ne sont extraordinaires que s’ils sont déterminés à l’être. »

 (Charles de Gaulle)

Ma Muse personnelle

 

rei.jpg

10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 21:50

Durant dix mille ans, le divin Empereur de l'Humanité a régné sur l'Imperium. Durant dix mille ans, ses armées ont conquis des mondes entiers et lutté dans l'immensité spatiale pour étendre son vaste empire. Durant dix mille ans, les forces de l'Inquisition ont protégé son peuple de tous ses ennemis intérieurs, combattant dans le plus grand secret l'extraterrestre, le démon et l'hérétique.

C'est une guerre qui est livrée autant avec le cœur et l'esprit qu'avec l'acier et le feu. Une lutte incessante qui doit être menée sans pitié jusque dans les endroits les plus reculés de la galaxie, là où la lumière de l'Empereur n'est guère plus qu'une étincelle, là où règnent les ténèbres. Si nous perdons cette guerre, l'hideuse hérésie se répandra dans la galaxie et notre Empereur, sauveur et protecteur de l'Humanité, sera maudit pour l'éternité.

Ceci est la lutte pour le salut de l’Empereur.


Nous sommes en 779M41. Le domaine de l'Imperium est assailli de partout par ses ennemis toujours plus nombreux, chaque année voyant plusieurs dizaines de colonies impériales tomber aux mains des xénos ou des hérétiques lorsqu'ils ne sont pas purgés par la puissance d'un Exterminatus. La guerre est partout, vorace et impitoyable, mettant à feu des millions de mondes à travers la galaxie qui continue de plonger lentement dans le Chaos le plus total. La lumière de l'Astronomican a déjà faibli par deux fois durant le dernier millénaire, et avec lui l'espoir de l'humanité. Partout, tandis que les forces de la Garde Impériale et des Space Marines affrontent vaillamment les ennemis extérieurs, les mutants, traîtres et hérétiques complotent en secret afin de précipiter l'Humanité dans sa chute, profitant de la confusion pour frapper l'Imperium au cœur. C'est une menace qui ne peut être combattue que par des soldats aussi impitoyables et déterminés, porteur d'une puissance symbolisant l'Empereur lui-même : l'Inquisition.

 

 

 

 

CHAPITRE PREMIER : LES PREUVES DU DISCIPLE



       Il se dégageait de cet endroit une aura terriblement malsaine. Les sombres couloirs de métal souillés, le long desquels coulait une étrange matière visqueuse et apparemment organique, semblaient posséder une volonté propre qui tentait de nous repousser mentalement. Des cadavres en décomposition traînaient un peu partout, leurs corps grouillant d’insectes voraces mettant à nu leurs organes internes, inondant le couloir d’un sang impur. Ils puaient tellement que s’en était écœurant. Les quelques néons encore accrochés au plafond donnaient des signes de faiblesse, beaucoup éclairant par intermittence en rendant cet endroit encore plus glauque qu’il ne l’était déjà. Mais ce n’était pas à cause de cela que nous allions rebrousser chemin.
       L’inquisiteur Illios Kantores, mon maître, menait notre groupe à travers ce décor immonde d’un pas décidé, où l’hésitation n’avait pas sa place. C’était un homme à la stature imposante, au corps aussi fort que son esprit, et que l’âge n’avait jamais affecté. Dans sa main droite, il tenait un marteau énergétique sur lequel courraient des arcs électriques par dizaines, tandis que sa main gauche serrait un pistolet bolter au chargeur rempli de munitions bénies. Cela faisait maintenant deux cent ans qu’il parcourait la galaxie pour traquer les ennemis de l’Imperium au nom de l’Inquisition et de l’Ordre qu’il servait, l’Ordo Hereticus. Spécialisé dans la traque des sorcières, psykers et autres mutants hérétiques, il était toujours aussi vigoureux qu’il y a deux siècles. Il avait à son service plus de soixante hommes de main qu’il avait recruté lui-même au cour de ses innombrables enquêtes. J’étais l’un des six qu’il avait amené avec lui ce soir-là. Je me nomme Asphar Silverstein, et j’ai été simple acolytes de l’inquisiteur Kantores pendant huit ans avant de devenir interrogateur voilà près de cinq ans. En tant qu'interrogateur de Kantores, je pourrais peut-être devenir inquisiteur moi-même si je vivais suffisamment longtemps pour faire mes preuves auprès de mon maître.
       Nous étions sur la piste d’un hérétique particulièrement dangereux, Klor Felcas, un psyker de haut niveau qui s’était voué à un culte de Nurgle, le dieu de la déchéance et des maladies. Les nombreux fléaux organiques qui le rongeaient sans jamais le tuer avaient fait périr les équipages de dizaines de vaisseaux, et deux inquisiteurs avaient déjà péri avec leurs suites en tentant de le neutraliser. Par sa seule présence, il avait également exterminé toute la population de la cité-ruche de Tarentus, la deuxième ville de la planète Insuhor. Et c’était dans les soubassements d’une usine de recyclage alimentaire de cette ville fantôme qu’il avait donc établi son sanctuaire, dans un but connu de lui seul.
       Sachant à quel genre de menace il avait affaire, Kantores avait soigneusement préparé notre attaque : chacun de nous était équipé d’une combinaison bactériologique étanche avec des recycleur d’atmosphère, et portait avec lui une trousse médicale. De plus, le bâtiment de l’usine était encerclé par un bataillon complet des troupes de choc de l’inquisition, prêtes à empêcher toute tentative d’évasion de la part de Felcas, et la flotte impériale était positionnée en orbite au-dessus de Tarentus. Si jamais nous échouions, ces vaisseaux avaient pour consigne de bombarder la zone avec toute la puissance de feu dont ils disposaient, en espérant que cela suffirait.
       Je marchais avec précaution au milieu des cadavres en suivant mon maître, faisant bien attention de ne pas déchirer ma combinaison. Dans mes mains, je serrais fermement mon pieu anti-psyker, cette arme bénie que m’avait confié Kantores. Pour une raison bien particulière, j’étais le meilleur tueur de psyker parmi les hommes de l’inquisiteur. Je portais également un fusil laser en bandoulière sur mon épaule, mais les armes à feu n’étaient pas vraiment mon fort. Devant moi, mon maître observait d’un œil avisé le bout du couloir, où une porte entrouverte de métal rouillé ballottait en grinçant affreusement. De l’autre côté, c’était les ténèbres.
       D’un signe de main, Kantores ordonna à deux de ses acolytes de passer devant pour vérifier qu’il n’y avait pas de piège. L’un d’eux repéra une charge explosive reliée à un fil tendu sur le palier de la porte, et il la désactiva avec soin, avant d’annoncer que la voie était dégagée. Notre équipe pénétra ensuite dans l’un des énormes entrepôts de nourriture de l’usine. Bien entendu, Felcas avait contaminé l’ensemble des énormes masses organiques qui s’y trouvaient, puis avait tapissé chaque surface de cette salle avec cette matière infectée par les pires maladies de l’univers. Il avait également intégré les corps agonisants de plusieurs civils de Tarentus, utilisant le peu de vie qui leur restait pour rendre toute cette horreur vivante. D’énormes veines parcouraient cette surface immonde en y diffusant un sang noir comme l’ébène, et on pouvait voir par endroit les visages liquéfiés des humains qui avaient involontairement participé à ce sacrifice. Nous marchions sur un tapis de matière décomposée animée de spasmes, faisant éclater des boules de pus grosses comme le poing sous la pression de nos pas.
       En temps normal, les caissons de stockage des aliments étaient empilés selon plusieurs séries de colonnes régulières, mais la plupart d’entre eux avaient disparu. Les quelques caissons restant étaient disposés en un cercle, et avaient été gravés de milliers d’inscriptions dans la langue maudite de Nurgle. Quant à Felcas, il nous attendait calmement au centre de cette construction.
       C’était un véritable monstre. Son corps massif courbé en avant sous le poids des tumeurs et des chaires suppurées qui le recouvraient était enveloppé d’une large robe de moine en charpie, dont la couleur d’origine était impossible à déterminer. Il s’appuyait sur un long bâton de bois se terminant en une sculpture de crâne déformé, dont le front était gravé de trois points disposés en triangle : l’horrible symbole de Nurgle. On pouvait à peine voir son visage corrompu dont les yeux brillaient de la lueur caractéristique des spykers de haut niveau. D’une voix presque inaudible et rendue extrêmement rauque par sa gorge moisie, il nous annonça :
       - Vous arrivez juste à temps, piètres êtres égarés par une fausse croyance. Vous serez les premiers témoins de mon triomphe.
       - Peu importe quel genre de sorcellerie vous tenterez, fit Kantores. Par la Lumière de l’Empereur, nous vous arrêterons.
       - Pauvres fous ! Rien ne peut arrêter le Grand Œuvre ! Rien !
       Sur ces mots, il leva l’une de ses mains, paume vers le haut, et la matière décomposée qui nous entourait commença brusquement à s’agiter. Des éclairs se mirent à jaillir au niveau des énormes veines pour se répandre sur l’ensemble des surfaces vivantes, et des ouvertures béantes se créèrent soudainement pour laisser jaillir des flots incessants de mouches noires. Ces affreuses bêtes se ruèrent sur nous pour tenter de perforer nos combinaisons protectrices, et l’un des hommes de main de Kantores ouvrit le feu avec son lance-flamme, carbonisant des milliers de ces insectes dans une odeur insoutenable de chaire brûlée. Par-delà le bourdonnement intense, j’entendais Felcas qui commençait à réciter des incantations en agitant son bâton.
       - Asphar ! m’ordonna Kantores alors qu’il se débattait de toutes ses forces pour repousser ses innombrables et minuscules assaillants. Tue-le ! Vite !
       Je savais exactement ce que j’avais à faire. Empoignant à deux mains mon pieu énergétique, je m’avançais vers Felcas à travers la masse de mouches tourbillonnant autour de moi. Elles ne m’attaquaient pas, restant à distance, et je pouvais progresser librement jusqu’à l’hérétique.

       Aujourd’hui je reconnais qu’en ces temps lointains, j’avais les psykers en horreur. Le lien qui existe entre eux et le Warp en faisait des êtres dangereux, capables d’utiliser les énergies malsaines de cette autre dimension à des fins destructrices. Chaque jour, des milliards de psykers naissaient à travers la galaxie, et on ne découvrait la plupart d’entre eux que lorsqu’il était trop tard pour contrôler leurs terribles pouvoirs. En tant que membre de l’Ordo Hereticus, j’avais pour mission de neutraliser tout psyker qui n’était pas assermenté et loyal à l’Imperium, que ce soit en les capturant ou en les réduisant en cendres. Felcas était un psyker très puissant, probablement de niveau Bêta ou supérieur, qui avait de plus reçu la fausse bénédiction du dieu impie de la déchéance. Cependant, cela ne m’effrayait pas un seul instant, car par un malheureux hasard j’étais justement né pour combattre ce genre de monstre.

       Voyant que ses mouches n’avaient aucun effet sur moi et que je m’approchais bien trop vite, il concentra la malsaine énergie du warp dans l’une de ses mains et la projeta dans ma direction en lui donnant la forme d’un éclair. Ce pouvoir avait la force de tuer une escouade entière, mais il s’évanouit subitement lorsqu’il arriva à un mètre de moi. Les yeux de Felcas ne purent trahir sa surprise en voyant un tel phénomène. Il lança alors plusieurs autres attaques psychiques, mais aucune n’eurent plus d’effet que la première. Pour la première fois depuis longtemps, Felcas ressentit une peur profonde le ronger de l’intérieur, plus atrocement que toutes les maladies qu’il avait transporté dans son corps meurtri. Il arrêta son incantation, paralysé, et comprit enfin ce qui se passait.

       - Non ! Tu es… tu es… un Intouchable !

       D’après les études entreprises par l’Ordo Hereticus, les pouvoirs psychiques dont jouissent les psykers, quelle que soit leur puissance, sont basées sur les processus électriques du système nerveux humains : ces petites impulsions qui voyagent de synapse en synapse et transmettent les informations, les messages et les décisions. La mutation qui les caractérise fait que certaines de ces synapses font intervenir l’énergie Warp au lieu de celle de leur propre corps, ce qui leur permet d’ouvrir un minuscule portail vers cette autre dimension, où ils peuvent puiser une puissance capable de lancer des éclairs, de démembrer un homme ou de faire sauter un char.

       Les Intouchables possèdent cependant une mutation qui affecte le même phénomène, mais d’une autre manière. Cette mutation leur permet de s’affranchir des phénomènes électriques normalement nécessaires pour faire fonctionner leur système nerveux. De part cette nature particulière, les Intouchables ne possèdent aucune présence dans le Warp, là où les esprits des humains normaux sont autant de petites chandelles, et où ceux des psykers sont de véritables soleils flamboyants. Ils créent alors constamment une perturbation autour d’eux, un vide au sein des processus fondamentaux du cerveau qui fait disparaître toute énergie Warp pénétrant dans cette bulle. Cela a malheureusement aussi comme conséquence que l’on a tendance à oublier certains souvenirs et à se sentir mal à l’aise en leur présence. C’est en même temps une bénédiction et une malédiction, car si les psykers n’ont absolument aucune emprise sur eux, les Intouchables sont considérés comme des êtres sans âmes par la plupart des autres humains. C’est cette malédiction que je porte en moi.

       Felcas trébucha sur l’une des énormes veines en reculant et tomba à la renverse, terrorisé. Je m’arrêtai à deux pas devant l’hérétique et observai l’effet qu’avait mon champ de négation sur lui. C’était comme si l’on venait subitement de couper le cordon ombilical d’un fœtus. Cette autre dimension avec laquelle il vivait depuis si longtemps, et qui était devenue l’essence même de sa vie, lui était désormais inaccessible. Une immense faiblesse s’empara de l’hérétique alors que ses liens avec le warp étaient coupés, et ses yeux fixèrent avec horreur le pieu anti-psyker qui luisait d’énergies crépitantes dans mes mains. Dans une intonation aussi monotone que rituelle, je récitai :

       - Au nom de l’Empereur-Dieu sanctifié, je vous proclame extremis diabolus. Que votre âme damnée connaisse mille tourments dans les enfers du Warp.

       Sur ces mots, je plantai mon arme dans son corps. Les huiles saintes dont elle était enduite le consumèrent de l’intérieur alors qu’il était agité d’intenses convulsions tout le long du corps. Sa peau s’embrasa l’instant d’après, et rapidement, il ne resta plus qu’un squelette fumant de l’homme qui avait été Klor Felcas. Immédiatement, les milliards de mouches qui nous assaillaient tombèrent sur le sol en une énorme masse infecte à l’odeur de soufre, et les surfaces organiques recouvrant la salle moururent aussitôt. Je regardai autour de moi, et vit que deux des hommes de mains de Kantores étaient morts, et un autre était étendu sur le sol, sa combinaison déchirée et de grosses blessures gangrenées recouvrant ses bras. Il était condamné. Les survivants se préparaient à lui administrer la bénédiction de l'Empereur en lui récitant les derniers sacrements.

       Quant à l’inquisiteur, il observait calmement l’effet de la mort de Felcas sur tout ce qu’avait créé l’hérétique. Puis, subitement, il se tourna vers moi et je pu voir une grande admiration dans ses yeux. D’un pas lent, il s’avança vers moi mais tint ses distances, ses pouvoirs de psyker lui interdisant de s'approcher plus. Je ressentais dans son regard le besoin à peine contenu de vouloir me remercier à la manière d'un ami, par un simple contact de la main, mais ce genre de chose nous était interdit. Nous étions incompatibles, nos deux univers ne pourraient jamais se mélanger, pourtant il avait choisi de me recruter car il savait que mes pouvoirs lui seraient des plus utiles, comme l'avaient prouvé les évènements de ce soir. D’une voix presque paternelle, il me dit :

       - Je suis très fier de toi, Asphar. Tu as agis en véritable agent de l’Inquisition.

       - J’ai agis comme vous me l’avez demandé, fis-je avec modestie. Je n’ai été que l’objet de votre justice contre cet hérétique.

       - Peut-être. Mais ce n'était pas n'importe quel ennemi que tu as vaincu là. Sans ton aide, jamais nous n'aurions la moindre lueur d'espoir contre lui. Et je te rappelle que c'est toi qui as retrouvé sa trace après que nous l'ayons perdu sur Cirith. Il est temps pour moi de te récompenser pour tes services rendus : dès que nous serons de retour à la Citadelle, j’utiliserai toute mon influence auprès des seigneurs de l’Ordo pour que tu sois nommé inquisiteur.

_

LA SUITE

_

SOMMAIRE

_

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2010 3 29 /12 /décembre /2010 16:20

CHAPITRE HUIT : ENNEMIS JURÉS

 

 

     Naruto sentait un froid glaciale remonter le long de sa colonne vertébrale, paralysant ses membres un à un comme le ferait un serpent s’enroulant autour de sa proie avant de lui porter le coup de grâce. Il avait déjà affronté le dénommé Kabuto Yakushi par le passé, lorsque Jiraya-sama et lui étaient partis chercher Tsunade-sama pour qu’elle devienne le nouvel hokage, et bien qu’il ait gardé de cet affrontement un souvenir plutôt positif le jeune Uzumaki ne pouvait nier qu’il n’espérait franchement pas le retrouver un jour face à lui. Car après tout, Kabuto avait été le bras droit d’Orochimaru pendant des années, et quand on connaissait la personnalité du sennin déchu cela ne pouvait laisser présager que le pire. Savoir que cet homme dont on ne savait presque rien était derrière les évènements de Sunna pouvait certainement être la pire possibilité envisageable.

     Kabuto était entouré de quatre des ninjas que poursuivaient nos héros. Le cinquième, Toshiro, étant allongé inconscient sur une sorte de table d’opération où étaient disposés également plusieurs outils de médecine dont certains étaient tâchés de sang. L’ancien homme de main d’Orochimaru était encore vêtu de sa tenue violette à haut col et de ses lunettes qu’il s’amusait à remonter sur son nez, ainsi que sont bandeau de ninja de Konoha qu’il affichait comme un trophée autour de son front. Mais il y avait néanmoins quelque chose qui avait changé chez Kabuto, quelque chose dans son regard et dans ses gestes qui le rendait aussi différent qu’inquiétant.

            -   Je suis ravi que vous soyez arrivés jusqu’ici à temps pour éprouver mes travaux.

     La voix de Kabuto avait changé, elle aussi, très légèrement mais d’une manière tout aussi inquiétante que son regard désormais dénué de toute peur ou de toute hésitation, et où siégeait à présent comme une sorte de folie presque aussi terrifiante que celle d’Orochimaru lui-même.

            -   Naruto… fit Hinata d’une voix troublée. Les… ces ninjas autour de lui… leurs corps ont été modifiés.

            -   Quoi ? Tu en es sûre ?

            -   Oh… fit Kabuto dans un ton presque théâtrale, j’en oubliais qu’il y a ici une porteuse du célèbre Byakugan, excusez-moi. Et oui, ces guerriers sont le summum de la modification chirurgicale appliquée pour le ninjutsu : leurs réserves de chakras se dispersent désormais dans le corps de cellule à cellule sans avoir à passer par des canaux de circulation. Cela leur permet d’utiliser plus librement leurs réserves d’énergie et de mieux en contrôler les flux. J’ai également apporté d’autres petites modifications spéciales : des os renforcés, des implants de tissus musculaires additionnels, et aussi quelques organes supplémentaires pour augmenter leurs chances de survie au combat. Qu’est-ce que vous en pensez ?

            -  Espèce de monstre ! hurla Lee que ses amis durent retenir pour éviter qu’il ne se jette contre l’ennemi. Tu as osé faire cela à ma cousine ?

     A ces mots, un sourire sadique apparut sur le visage de Kabuto.

            -  Ta cousine ? Quelle cousine ?

            -  Kara ! cria-t-il en tendant sa main vers la jeune fille. Reviens ! On est venus te sauver !

     Mais Kara afficha une incompréhension si grande et une telle inquiétude que les espoirs de Lee furent aussitôt anéantis, le vidant de cette volonté qui le caractérisait tant, ne laissant qu’un abattement atroce.

            -  Kara… murmura-t-il. Pourquoi ?

            -  Désolé mon petit bonhomme, fit Kabuto en haussant les épaules, mais cette jeune fille n’est pas ta cousine. Tu dois te tromper.

     C’est alors que Kabuto prit un petit objet qui était posé à côté de Toshiro sur la table d’opération. C’était une pierre de la taille d’une lame de kunai et qui luisait d’une lumière blanche surnaturelle qui lui donnait l’aspect du cristal… de la même façon que la pierre florale d’Hinata.

     En voyant cet objet, le cœur de la jeune Hyuuga s’emballa et son premier réflexe fut de porter la main à son pendentif qui était dissimulé sous ses habits. La réaction de la pierre florale fut instantanée et un léger courant d’air tourbillonna dans la pièce, éteignant les flammes de plusieurs bougies sur son passage. La luminosité baissa mais les torches accrochées aux murs permettaient toujours d’observer le visage de Kabuto qui venait soudain de se remplit de curiosité.

            -  Tiens tiens… lâcha-t-il avec intérêt. C’est donc toi qui porte le catalyseur ? C’est gentil de venir me l’apporter.

            -  Tu ne toucheras pas à Hinata ! lança Naruto en se plaçant devant sa moitié.

            -  Je vois… si tu n’y vois pas d’inconvénient, dit-il en montrant la pierre dans sa main, je vais d’abord en terminer avec ça puis je me chargerai de vous.

     Tranquillement, il prit l’un de ses outils et l’utilisa pour ouvrir le torse de Toshiro, laissant s’échapper un filet de sang qui coula le long de la table, puis il inséra l’étrange pierre à l’intérieur du corps du ninja. Naruto chercha immédiatement à empêcher l’opération et joignit alors ses mains en prononçant :

            -  Kage Bunshin no Jutsu ! (technique du clonage de l’ombre)

     Mais dès que les copies de Naruto apparurent, celle que Lee pensait être sa cousine exécuta elle aussi une succession de signes :

            -  Katon ! Honoo no joukaku ! (technique de feu, la forteresse des flammes)

     Un mur de feu apparut aussitôt pour s’interposer aux clones avant de s’étendre tout autour du groupe de Kabuto, les protégeant complètement de toute attaque extérieure et bloquant la vue de nos héros. La température de la pièce grimpa en flèche et plusieurs fioles posées sur les étagères alentours explosèrent en libérant leurs contenus sur le sol. Il y avait là des potions, des enduis, mais aussi des animaux morts et des organes conservées dans du formol qui donnèrent de soudaines nausées aux âmes les plus sensibles du groupe. Pendant un instant, Shikamaru eut le sentiment qu’il valait mieux quitter cet endroit, mais Naruto le prit par le bras pour lui montrer la détermination dans son regard. Ils devaient affronter Kabuto maintenant, ou alors tout ce qu’ils auraient accompli n’aurait servi à rien.

     La protection incandescente ne dura pas longtemps, à peine une vingtaine de secondes, mais lorsqu’elle disparut la soit-disante Kara Lao semblait épuisée, au bord de l’effondrement. Elle avait néanmoins permis à Kabuto de terminé son expérience, et Toshiro se tenait désormais à ses côtés, prêt à se battre.

            -  Kara, fit-il en relevant ses lunettes d’un air dépité, tu me déçois vraiment beaucoup. Ne pas pouvoir maintenir ce genre de technique sans s’affaiblir est vraiment indigne des Spectres.

            -  Je… je suis désolée, maître.

            -  Soit contente que mes plans doivent s’accélérer et que je ne puisse pas songer à te remplacer.

            -  Je… j’en suis heureuse, maître.

     Kabuto se tourna ensuite vers Toshiro qui semblait redécouvrir son corps sous un nouveau jour, éprouvant ses muscles et faisant craquer ses os un à un comme pour vérifier qu’ils étaient toujours là.

            -  Comment te sens-tu, mon ami ? fit Kabuto. Mieux ?

            -  Vous n’avez pas idée à quel point, Yakushi-san. Je peux m’entraîner sur ces insectes ?

     S’entraîner ? se dit Naruto à lui-même. S’entraîner à quoi ? Qu’est-ce qu’il lui a fait ? Qu’est-ce que c’est que cette pierre ?

     Le garçon se tourna vers Hinata qui n’avait pas lâché la pierre florale, comme pour y puiser un peu de courage et de réconfort face à cette scène terrifiante.

            -  Hinata, dit-il en lui prenant la main. C’est quoi cette histoire de catalyseur ?

            -  Je n’en sais rien. Mais cette pierre… celle que Toshiro a en lui… elle est semblable à la pierre florale. J’en suis sûre.

            -  C’est pas bon du tout. On doit la récupérer.

     Toshiro laissa soudain s’échapper un ricanement aigu et porta la main à son torse, là où se trouvait désormais cette fameuse pierre, avant de se tourner vers Kabuto pour lui demander simplement :

            -  Je peux ?

            -  Bien sûr, ils sont là pour ça. De plus, mes recherches sont terminées, alors inutile de faire attention au matériel.

     Tous les ninjas se mirent aussitôt en posture de combat. Mais avant que Shikamaru ne puisse mettre au point une stratégie, Toshiro se précipitait déjà sur eux, dégainant son long katana dont la lame brillait d’un éclat blanc inquiétant. Sans qu’il prononce la moindre technique ni effectue le moindre signe de ninjutsu, il envoya d’un simple mouvement de lame un projectile de chakra pur qui découpa comme un rien une étagère en métal adossée contre un mur.

            -  Spectres ! dit-il à l’adresse de ses coéquipiers. Eliminez ces intrus et récupérer le catalyseur !

     Aussitôt, tous les suivants de Kabuto se ruèrent au combat comme des forcenés, provoquant une tornade de dévastation dans la large salle souterraine du repère tandis que Kabuto observait la scène tranquillement. Les jeunes ninjas de Konoha et de Suna tentèrent tant bien que mal de se répartir intelligemment face à ces adversaires, mais la puissance de ces derniers ne leur laissait pas beaucoup de liberté d’action. Naruto, Lee et Haruka se chargèrent de protéger Hinata contre Toshiro et Kara. Shikamaru et Témari joignaient leurs forces pour affronter le géant Ulgo qui faisait montre d’une force terrifiante et d’une réserve de chakra colossale, qui semblait même l’obliger à se retenir pour éviter de détruire totalement le souterrain où ils se trouvaient. De leur côté, Sakura et Sasuke s’opposaient à la femme aux cheveux bleus, Iralia, et à l’épéiste fou dénommé Hakagi, dont les compétences semblaient se compléter parfaitement et qui donnaient aux jeunes de Konoha les pires difficultés à simplement survivre.

     Naruto avait beau créer autant de clones qu’il pouvait, Toshiro ne lui laissait pas la moindre occasion de le toucher. Faisant tournoyer la lame de son épée dans tous les sens, il envoyait des projectiles de chakra tranchants dans toutes les directions avec une rapidité surprenante. Lee, de son côté, cherchait à surpasser la vitesse de son adversaire pour trouver une faille dans sa défense, mais sans succès, et toutes les techniques d’illusion tentées par Haruka semblaient n’avoir absolument aucun effet sur lui. Kabuto devait sans doute avoir trouvé un moyen pour rendre ces « spectres » immunisés aux techniques de genjutsu.

            -   Shikamaru ! hurla Naruto. On doit se tirer d’ici !

            -   Je suis bien d’accord !

            -  Pas moi, fit une nouvelle voix derrière eux.

     L’espace d’un instant, le combat s’arrêta alors que les ninjas se tournaient vers l’entrée de la pièce pour découvrir de nouveaux arrivants : l’équipe 11 de Konoha.

_

LA SUITE

_

SOMMAIRE

_

Neji_by_eato654.jpg

Partager cet article

Repost0
13 décembre 2010 1 13 /12 /décembre /2010 23:41

CHAPITRE PREMIER : SECOND CHILD

 

 

 

09h 01, jeudi 23 Novembre 2020/ dix kilomètres au large du port de New Yokohama, eaux territoriales japonaises.

 

Sujet d’étude : Sôryù Asuka Langley

Sexe : féminin

Age : 20 ans

Situation : capitaine de l’Armée de l’Air Européenne

Rôle : Second Child (en transit vers le QG de la Nerv)

 

La mer aux abords de New Yokahama était tout simplement déchaînée. Une violente tempête balayait cette région de l’océan pacifique depuis maintenant trois jours de façon extrêmement localisé, un phénomène météorologique encore jamais vu et dont les spécialistes n’arrivaient pas à avancer le début d’une explication. C’était comme si une force terrifiante et invisible souhaitait interdire l’accès du port de la ville aux navires de la flotte de l’ONU menée par le porte-avion Over the Rainbow.  Partie du port de Hambourg en Allemagne voilà maintenant près de deux semaines, cette flotte avait reçu une mission de la plus haute importance et son commandant, l’amiral Harris Flenger comptait bien la mener à bien. Néanmoins face à un tel déchaînement de la nature, l’officier s’était résigné à ordonné à tous ses bâtiments d’attendre à cinq kilomètres de la zone d’activité de la tempête, espérant que cette dernière finirait bien par faiblir. Il ne souhait nullement risquer d’entrer dans une telle zone de turbulence dont les vagues seraient capables de renverser même les plus gros des vaisseaux comme un rien.

 

Le seul navire non militaire de cette flotte était le super-tanker Borrowed Heaven qui restait au centre de la formation afin que son précieux changement soit bien protégé. Sur le pont bâbord faisant face à la tempête, une jeune fille enveloppée dans un épais ciré de marin observait l’horizon ténébreux avec un agacement non dissimulé. Ses longs cheveux roux commençaient à absorber l’humidité de l’air et ainsi à coller contre son visage délicat, dont les traits fins n’étaient nullement altérés dans leur grâce par son accoutrement. Par contre, ses longues jambes fines se sentaient particulièrement inconfortables dans les habits trop amples qu’on l’avait obligé à porter pour lui donner l’apparence d’une simple civile, une chose qui la contrariait encore plus car son tempérament volcanique lui disait plutôt de montrer à tous son importance capitale.

 

Ce n’était pas la première fois que la jeune Sôryù Asuka Langley prenait la mer, cependant la patience ne faisait pas partie de ses vertus et les membres d’équipage présents sur le pont pouvaient le constater en l’entendant pester contre la tempête qui les empêchait d’atteindre New Yokahama. Mais soudain, une légère secousse indiqua que le Borrowed Heaven se remettait en route et immédiatement après, les haut-parleurs du navire se mirent à diffuser un message à travers le pont :

 

     -  A tout l’équipage, ici le capitaine Denkan. Je veux tout le monde à son poste. Nous avons reçu l’ordre de nous rapprocher un peu plus de la tempête. Soyez vigilents.

 

Bien que cette décision brisait enfin l’attente de ces dernières heures, Asuka n’était pas particulièrement emballée. Aussi décida-t-elle de rejoindre le seule endroit où elle savait qu’elle serait en sécurité. Utilisant son badge d’identité, elle passa plusieurs portes dont certaines étaient gardées par des soldats de l’US Air Force en uniforme pour finalement pénétrer dans la cale inférieure du bateau où était entreposée la précieuse cargaison, la fierté personnelle d’Asuka : l’Eva-02. La couleur rouge de son armure ainsi que son casque au design unique lui donnait une allure qui plaisait beaucoup à la jeune fille, sans compter le fait qu’il s’agissait du premier vrai modèle de combat Evangelion, et non pas l’un de ces piètres prototypes dont disposait actuellement le QG de la Nerv. Elle était très fière de pouvoir leur apporter son aide en tant que pilote, et son impatience à affronter les Anges était presque palpable.

 

    -   Pff… lâcha-t-elle d’un air songeur. La tempête fera peut-être couler ce vaisseau, mais pas mon Eva. Je ferais mieux de m’y préparer.

 

Elle marcha alors jusqu’à un vestiaire qui lui avait été attribué afin qu’elle puisse quitter ses horribles vêtements de civils pour enfiler sa Plug Suit. La combinaison portée à même la peau sur tout le corps était comme un prolongement de celui-ci dans lequel elle se sentait totalement en confiance, presque invincible. Lorsqu’elle eut fini de se changer, Asuka retourna vers l’Entery Plug de son Eva qui était gardé par deux soldats en armes. Sa surprise fut grande lorsque ces derniers ne s’écartèrent pas devant elle, l’obligeant à leur annoncer :

 

    -   Je suis le capitaine Sôryù Asuka Langley ! Je vous ordonne de me laisser passer !

   -   Je suis désolé capitaine, répondit l’un des soldats, mais nous avons reçu des instructions indiquant clairement que vous ne devez pas prendre votre poste de pilotage sous aucun prétexte.

    -    Quoi ? Qu’est-ce que cela veut dire ? Ça ne va pas se passer comme ça, c’est moi qui vous le dit. Attendez un peu que j’en parle avec l’amiral, qu’il vous…

 

Mais Asuka ne finit jamais sa phrase : une violente secousse ébranla le bateau pour jeter tous les membres d’équipage contre le sol ou les murs du bâtiment. L’instant d’après, les lumières principales s’éteignirent pour laisser place aux éclairages d’urgence alors qu’une sirène retentissait dans les coursives. Au loin, on pouvait entendre le bruit caractéristique d’une brèche dans la coque laissant pénétrer d’énormes quantités d’eau à l’intérieur du navire et les cris des matelots qui cherchaient à fermer les écoutilles pour isoler la zone touchée. Lorsqu’elle réalisa ce qui se passait, Asuka se releva d’un bond, passa au-dessus des soldats qui étaient encore sous l’effet de la surprise, et pris place dans l’Entery Plug de l’Eva avant d’actionner la commande d’activation. L’énorme humanoïde de combat s’éveilla silencieusement alors que ses quatre yeux s’illuminaient d’une lueur blanche inquiétante.

 

    -    Ici le capitaine Langley ! annonce-t-elle en activant le poste de communication. Que tout le personnel évacue les ponts au-dessus de la cale principale !

    -    B… bien reçu capitaine, répondit la voix désemparée du capitaine Denkan.

    -    Quelle est la situation ?

    -    Aucune idée. Nous avons eu un écho sur nos radars mais c’était beaucoup trop gros et beaucoup trop rapide pour être une torpille. Tous nos instruments sont morts, à présent, et nous sommes encore en train d’évaluer les dégâts.

 

Alors qu’elle écoutait les paroles de l’officier de bord, Asuka ordonna à son Eva d’ouvrir en deux l’énorme accès de chargement à double-bâtant qui se trouvait au-dessus d’elle pour découvrir que le ciel au-dessus d’elle était désormais totalement dégagé. Lorsqu’elle prit pied sur le pont du navire, qui tangua fortement sous le poids de l’Eva-02, elle observa les environs à la recherche de ce qui pouvait bien avoir attaqué le convoi. Faites que ce soit un Ange, pria-t-elle intérieurement, faites que ce soit un Ange !

 

C’est alors que quelque chose d’énorme surgit de l’eau juste devant elle. On aurait dit un mélange entre un corps de Ray Manta et une gueule de crocodile du Nil, mais faisant près de la moitié du super-tanker et à la peau d’un blanc éclatant. La créature se jeta sur l’Eva d’Asuka qui, prise par surprise, fut jetée sur le pont du navire dans une posture plutôt inconfortable. C'est bien un Ange. Je n’ai qu’à lui exploser sa Koa pour… mais merde, où est-ce qu’elle est ?  

 

En effet, aucune sphère rouge n’était visible sur le corps de l’Ange. Et tandis que la jeune pilote se demandait ce qui se passait, son ennemi chercha à engloutir la tête de l’Eva-02 dans son énorme gueule. C’est là qu’Asuka aperçut la Koa, au fond de la gorge de son adversaire. Réagissant au quart de tour, elle plaçant son bras gauche pour empêcher la mâchoire titanesque de se refermer sur elle tandis que de l’autre main elle saisissait son couteau progressif. Mais la gueule de l’Ange était sacrément longue, et sa Koa se trouvait beaucoup trop loin pour pouvoir être atteint aussi simplement. C’est une de ces conneries de plan où il faut se laisser faire avaler pour gagner ? Beurk… ! J’ai pas envie que mon Eva soit aussi sale dès mon premier combat.

 

Soudain, un écran de communication apparut sur l’interface de visualisation de l’Entery Plug et le visage de l’amiral Flenger apparut :

 

    -    Capitain Langley ! Je viens d’avoir la Nerv ! Ils ont commencé à acheminer des renforts vers notre position pour s’occuper de l’Ange.

    -    De l’aide ? rétorqua Asuka comme si c’était une idée complètement folle. Je n’ai pas besoin d’aide. Regardez un peu, je vais vous en faire de la charpie, de cet Ange.

 

Mais son adversaire ne semblait pas la laisser faire comme elle l’entendait. Utilisant sa masse colossale, il entraîna l’Eva-02 vers le bord du pont du Borrowed Heaven et l’obligea à le suivre par-dessus bord. Les Evangelions n’étaient pas conçus pour le combat sous-marin, et bien que celui d’Asuka soit encore connecté par son cordon ombilical à la centrale d’alimentation du super-tanker, ses capacités de mouvement étaient grandement réduites par rapport à l’Ange qui semblait se trouver réellement dans son élément. Il faut que je trouve une solution, sinon je vais finir par me faire bouffer pour de bon…

 

Mais Asuka avait beau planter sa lame partout où son bras pouvait porter, cela ne semblait nullement affaiblir l’Ange qui décida de l’entraîner vers les profondeurs de la mer. Asuka commença rapidement à ressentir l’effet de la pression sur le corps de son Eva, mais par chance la descente fut brusquement interrompue par l’arrivée en bout de course du cordon ombilical. Cela donna une opportunité à Asuka d’effectuer un mouvement tournant avec sa lame pour trancher la mâchoire supérieure de l’Ange à la moitié de sa longueur, ce qui le fit hurler de douleur tandis que son sang rouge sombre se diffusait dans l’eau salée. La Koa était presque à sa portée… mais l’Ange lâcha subitement prise pour s’éloigner. L’Eva-02 se retrouva suspendu au milieu de l’océan, incapable de remonter vers la surface à cause de son propre poids, mais toujours retenu par son cordon ombilical relié au Borrowed Heaven. L’adversaire d’Asuka se mit alors à tourner en cercle autour d’elle à la façon d’un requin qui attend le moment de fondre sur sa proie. Merde !… c’est pas bon du tout, ça. Vite ! Il faut que je me ressaisisse !

 

Mais la pression de l’eau rendait incroyablement difficile même le plus petit mouvement de la part de l’énorme humanoïde de synthèse. Asuka n’avait pas d’autre choix que d’attendre l’attaque de l’Ange qui tardait à venir. Cet enfoiré va sans doute vouloir arriver dans mon dos, là où je peux le moins me défendre. Je dois préparer mon coup… me concentrer… visualiser le geste comme si je l’accomplissais moi-même…

 

 Et effectivement, l’Ange fonça droit dans le dos de l’Eva-02, sa gueule mutilée déjà grande ouverte pour lui arracher la tête. Mais à l’ultime moment, Asuka retourna son Eva d’un mouvement rapide et envoya son pied droit vers son adversaire qui le reçu en pleine face. Ce fut sa mâchoire inférieure qui en prit les frais, cette fois-ci, le freinant dans sa course et le faisant basculer en avant pour mettre involontairement sa Koa à portée du couteau d’Asuka. La jeune fille ne perdit pas un instant et planta sa lame dans la sphère qui lui opposa une résistance stupéfiante. Mais en quoi c’est fait, ce truc ?! Pourquoi est-ce qu’il ne veut pas crever ?

 

La vérité est que, si Asuka s’était trouvée à l’air libre, elle aurait certainement détruit la Koa dès ce premier coup, mais son attaque avait été considérablement affaiblie par la résistance de l’eau. Tournant sur lui-même, l’Ange força Asuka à lâcher son arme qui resta planté dans la Koa déjà sérieusement fissurée mais toujours active. Puis il envoya un coup de gueule pour se libérer et s’éloigna à nouveau pour recommencer à tournoyer autour de son adversaire. Cette fois-ci, je crois que c’est foutu. Bordel ! Comment j’en suis arrivée là ? Je ne peux pas finir comme ça, il faut encore que je devienne le meilleur pilote d’Evangelion de la planète !

 

Cette fois-ci, l’Ange ne comptait pas laisser plus de temps à Asuka pour se préparer, et il lui fonça dessus face à face, cette fois-ci, décidé à en finir avec un coup mortel imparable. Mais au dernier moment, Asuka se sentit tirée vers le haut et son Eva fut remontée juste assez pour éviter l’attaque. Alors qu’elle se demandait ce qui se passait, elle aperçut quelque chose au-dessus d’elle qui venait de plonger dans l’eau pour la rejoindre. C’était une autre Eva, de couleur jaune clair et avec un casque de forme ronde, qui s’était jeté à l’eau sans même un cordon ombilical d’alimentation ou un quelconque câble de rappel. Asuka se rappela les données confidentielles qu’on lui avait remises et reconnut là l’Eva-00. Qui est-ce qui pilote ce prototype, déjà ? Il est fou ! Comment compte-t-il m’aider dans cette situation ?

 

Armée de son couteau progressif, le pilote de l’Eva-00 utilisa son propre poids pour couler comme une pierre le plus vite possible, traversant plusieurs centaines de mètres d’eau jusqu’à atteindre l’Ange qui ne parvint pas à esquiver cette attaque venue de dessus. Avec une aisance remarquable, l’Eva-00 utilisa ses deux mains pour écarter la mâchoire de l’ennemi avant de se jeter dans sa gueule sans la moindre hésitation. Asuka, qui continuait d’être remontée par à-coup vers la surface, put voir l’Ange exploser quelques secondes plus tard alors que sa Koa était entièrement détruite par l’autre pilote. L’Eva-00 surgit d’un nuage de sang et commença à remonter par des mouvements de brasse surprenant pour quelque chose d’aussi gros, puis agrippa la cheville de l’Eva-02 pour se laisser remonter avec elle jusqu’à la surface. L’instant d’après, une nouvelle fenêtre de communication s’ouvrit sur l’interface d’Asuka, affichant le visage d’une jeune fille de son âge au teint pâle, aux cheveux bleus et aux yeux rouges totalement vides d’expression.

 

    -  C’est fini, dit-t-elle d’un ton monotone avant de rompre la liaison aussi sec.

 

… Pour qui elle se prend, celle-là ?! Je... Je vais... Je vais la pulvériser…

 

_

LA SUITE

_

SOMMAIRE

_

2zxgk1eg.jpg

Partager cet article

Repost0
12 décembre 2010 7 12 /12 /décembre /2010 19:23

Chers lecteurs,

 

Tout d'abord, je tiens à m'excuser profondément pour mon absence qui aura duré plus d'un an, si l'on met de côté mon court passage en mai dernier. J’avais perdu ma motivation pour écrire des histoires et je m’étais réfugié dans la gestion de mon forum de Role Play Halo : Halovers.com.


Mais les choses ont changé, depuis. Suite à des évènements tragiques s’étant déroulés cet été et dont je ne souhaite pas parler ici, je ne suis absolument plus en mesure de travailler sur l’univers de Halo. J’ai donc démissionné définitivement de mon poste d’administrateur de mon forum, laissant la main à des membres de mon équipe de modération en qui j’ai une totale confiance, afin de me lancer dans de nouveaux projets. Actuellement, avec quelques très bons amis internautes,  je lance un forum de Role Play Warhammer 40.000 aussi complet et immersif que Halovers.com, si ce n’est plus. Nommé WH40K-Hullerstorm, ce forum promet d’être aussi convivial et complet que son homologue de Halo auquel j’emprunte bon nombre de concept.


Mais je ne suis pas là pour vous parler de cela. En lisant ces premiers mots, certains et certaines d’entre vous doivent se dire « Et merde ! C’est bon, il est encore parti dans son trip de Role-Play pour trois ans et on verra jamais la suite de ses fanstories ! ». Et bien détrompez-vous : j’ai bien l’intention de continuer mes œuvres en suspend et de reprendre ma plume (ou plutôt mon clavier) pour continuer à écrire ces histoires merveilleuses qui me font planer et qui vous font rêver ^^. Je reprends donc l’écriture des fanstories Naruto et les Pierres d’Eternité, Illuminati, ainsi que Children of Evangelion.


Par contre, je suis au regret d’annoncer aux fans de Halo que, en raison des problèmes que j’ai mentionné plus haut, je ne pourrais pas continuer les œuvres actuellement inachevées dans cet univers. Halo Destiny et L’Arche de l’Alliance resteront en suspend pour une durée indéterminée. Je suis navré pour ceux qui en attendaient désespérément la suite, mais dans ma condition présente je ne suis vraiment pas capable de faire travailler mon imagination dans l’univers de Halo. J’ai un blocage mental extrêmement puissant et je n’ai pas encore assez de forces pour l’affronter.


Fanstories.net a donc connu une résurrection aujourd’hui, et je suis plus que jamais décidé à continuer mon travail d’écrivain. Symboliquement, je commence par la fanstorie qui était en attente depuis le plus longtemps, c'est-à-dire Children of Evangelion. Les chapitres alterneront avec ceux d’Illuminati et de Naruto et les Pierres d’Eternité afin que les trois histoires avancent de manière parallèle et aussi pour que je travaille dans la diversité (ça m’aide à ne pas me perdre dans un univers en m’y impliquant trop). De plus, vu que je me suis acheté Microsoft Office 2010 pour m’aider dans la rédaction de mes rapports de travail, j’apprécie beaucoup plus l’écriture la qualité générale des chapitres n’en sera que plus grande.


Je vous dis donc à très bientôt pour le premier chapitre de l’Acte 2 de Children of Evangelion. L’Acte se nomme You Can (not) Advance, comme le deuxième film de Rebuilt of Evangelion (qui m’a fait déborder de bonheur à un point inimaginable, je vous le dis tout net), et le chapitre se nommera Second Child. Les connaisseurs devraient en déduire sans trop problème ce qui va s’y passer (ou plutôt ce qui devrait s’y passer ^^).


Merci à tous d’être restés fidèles depuis tout ce temps !


Jack-115 / Asphar Silverstein (nouveau pseudo)


 eva kids by kaoru chan

Partager cet article

Repost0
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 20:33

TRANSMISSION N°14


Code de décryptage : Magenta
Clé publique : Incident/ Enquête/ SOS/ Disparition
Date : 7 janvier 2534, 14h36
De : Directeur Daniel Morgenstein, ONI, Section 1
A : lieutenante Jill Valentine, ONI, Section 1
Objet : Nouvelle mission
Classification : TOP-SECRET (Directive de sécurité de l’ONI, Section 1)

/début de fichier/

Chère Jill,

Je sais que vous êtes sensée bénéficier d'un repos après votre mission contre les rebelles dans la Bordure Extérieure, mais nous avons un problème urgent qui requiert vos compétences.

Il y a maintenant vingt-deux jours, un signal de détresse de la Navy a été intercepté par l'une de nos sondes d'exploration spatiale envoyée inspecter les planètes de la lointaine zone orientale de la galaxie. D'après les données transmises par ce signal, il provenait du destroyer Spirit of Fire
disparu depuis 2531, et qui a été repéré par la sonde d'exploration dans le système RZ-468-B. La frégate de combat Fire Myst a immédiatement été dépêchée sur place mais, quelques jours plus tard, elle aussi s'est mis à émettre son signal de détresse depuis les mêmes coordonnées.

Nous ne pouvons pas demander à FLEETCOM d'envoyer d'autres vaisseaux pour le moment, car toutes les ressources de la Navy sont actuellement mobilisées de l'autre côté de l'espace contrôlé du CSNU sur le front de Matalsem III. La section 1 va donc devoir gérer cette affaire personnellement et c'est pourquoi j'ai besoin de vous, car vous êtes le meilleur agent à ma disposition.

Je souhaite donc que vous preniez le commandement d'une équipe d'investigation qui doit quitter Reach dans deux jours à bord de la frégate Hollow Lies pour enquêter sur cet inquiétant incident. Je veux que vous choisissiez les meilleurs éléments disponibles dans ce délai pour composer une escouade d'élite à même de permettre la réussite de cette mission. Soyez assurée que mes respects et mes encouragements les plus sincères vous accompagnent.

En vous souhaitant bonne chance,


D. Morgenstein
Directeur de la section 1 de l'ONI



/fin de fichier

Partager cet article

Repost0
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 12:29

Jack,

J'espère que tu ne me jugeras pas trop durement pour ce que je t'ai fait subir aujourd'hui. A l'heure où tu trouveras cette lettre, tu seras certainement effondré et triste, mais rassure-toi : je vais bien. Ce n'est pas moi qui suis morte durant l'exercice de mécanique avancée, mais un flash-clone qui portait mon apparence. Désolée de te l'annoncer seulement maintenant, mais il fallait que ta réaction soit les plus naturelle possible pour ne pas attirer les soupçons de mes supérieurs.


A partir de là, je crois que je te dois plusieurs explications.

Je ne m'appelle pas Linda Wesley mais Jill Vallentine, et je ne suis pas née sur Reach, mais sur Eridios. Je suis agent de renseignement pour la section 1 du SRN et on m'avait chargé d'enquêter sur toi à cause de tes liens de parenté particuliers. Saches que rien de ce que tu m'as révélé n'arrivera aux oreilles de mes supérieurs : je leur ai monté un dossier bidon qui les ferra cesser pour de bon leurs investigations sur toi. Tu peut être tranquille, désormais.

Je sais que je n'ai pas été honnête avec toi et cela me fait terriblement mal au plus profond de mon être. Ne pas pouvoir te dire la vérité sur moi et sur ce que je ressens a été la pire souffrance que j'ai jamais connue. Mais maintenant que je suis partie et que le SRN n'a plus l'œil sur toi, je peux enfin me libérer de ce poids et te dire la vérité.

La vérité, c'est que je t'aime, Jack. C'est étrange : plusieurs fois lors de mes missions, j'ai été obligée de feindre d'aimer quelqu'un, mais je n'aurais jamais cru que cela puisse être aussi fantastique d'aimer vraiment. Tu es quelqu'un d'incroyable, Jack, et je veux que tu le saches. Dans ce monde rempli d'égoïsme, d'orgueil et de haine, tu es un modèle d'humanité. Tu es l'être le plus humain que j'ai jamais rencontré de ma vie. Et j'espère que, si tu le veux bien, tu pourras m'apprendre à devenir plus humaine moi aussi.

Malheureusement, ce ne sera pas pour tout de suite. Maintenant que j'ai terminé ma mission ici, je vais être renvoyée sur Reach pour y recevoir d'autres ordres qui m'enverront certainement très loin de Bêta Gabrielle. Mais je te promets de faire tout ce qui est en mon pouvoir pour que nous puissions nous revoir, ne serait-ce que pour nous expliquer une bonne fois pour toute.

Pour le moment, je ne peux rien faire. Il n'y a aucune raison valable qui pourrait expliquer à mes supérieurs pourquoi je devrais me rendre de nouveau sur Bêta Gabrielle. Mais j'ai souvent la possibilité de choisir les membres de mon équipe pour mes enquêtes. Je pourrais donc faire appel à tes services par la voie hiérarchique dès que tu auras terminé ta formation.

Donc si tu souhaites que nous soyons réunis à nouveau et pour le plus longtemps possible, donne tout ce que tu as dans cette formation et deviens le meilleurs. Si tu te fais remarquer par d'excellents résultats, ton transfert seras d'autant plus facile.

Je ne sais pas trop comment te prouver ma sincérité après t'avoir tant fait subir, donc je t'ai simplement laissé un disque de données que tu trouveras avec cette lettre. Il contient toutes les informations que tu cherchais dans le réseau du SRN, à savoir tout ce que la section 1 sait sur ton "grand frère", celui dont tu es le clone. Libre à toi de vouloir découvrir la vérité à son sujet ou non. L'important, c'est que tu vois en ceci le symbole de ma franchise absolue envers toi.

J'espère de tout mon cœur te revoir le plus vite possible.

Avec amour,

Jill

Partager cet article

Repost0
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 23:59

TRANSMISSION N°13


Code de décryptage : Magenta
Clé publique : Incident/ Liste blanche/ Jack Foster/ fin d'enquête
Date : 27 juillet 2533, 02h52
De : Agent de 1ère classe Jill Valentine, ONI, Section 1
A : Directeur Daniel Morgenstein, ONI, Section 1
Objet : RAPPORT D’ENQUÊTE J.F-079-006
Classification : TOP-SECRET (Directive de sécurité de l’ONI, Section 1)

/début de fichier/


Monsieur,

Je sais qu'il serait sans doute plus simple et plus sûr d'attendre que je sois revenue de Bêta Gabrielle pour vous faire mon rapport final de vive voix, malheureusement je crains de ne pas pouvoir être en état de
le faire à ce moment-là. Voilà pourquoi je préfère vous transmettre les résultats finaux de cette enquête par écrit, pendant que j'ai encore les idées claires et que ces informations remplissent ma mémoire récente.

Pour commencer, je dois vous indiquer que l'agent Whitgether et le sujet Jack Foster sont tous deux parfaitement innocents dans l'affaire de l'attaque informatique perpétrée contre le réseau du SRN. En effet, après plusieurs jours d'enquête infructueuse, j'ai passer une nuit entière à étudier complètement toutes les données récupérées jusque là et, en analysant l'ordinateur personnel de l'agent Whitgether, j'ai découvert les fragments d'une matrice informatique douteuse. Les spécialistes de la Section 3 à qui j'ai confié ces fragments les ont immédiatement reconnus comme appartenant à l'IA Arael (Fabricant : Virtual Tech ; n° de série 2311B-649TY1). Pour vous simplifier la compréhension de la suite de ce rapport, je vous conseille de lire d'abord le dossier d'archive concernant cette IA que je vous envoie en fichier-joint.

En prenant en compte l'implication d'Arael dans cette affaire, j'ai effectué une nouvelle analyse du virus ayant attaqué le réseau informatique de la section 1 et j'y ai trouvé des similitudes frappantes dans les algorithmes. Cela indique clairement que ce virus a été créé par Arael dans un but inconnu qui devrait certainement suivre une logique compréhensible uniquement par cette IA. La raison pour laquelle elle a subitement décidé de réapparaître sur le réseau et d'agir comme elle l'a fait après 14 mois d'inaction total est sans doute contenue dans les transmissions ayant été envoyée au début de cette enquête. Malheureusement, il est fort probable que nous n'arrivions jamais à connaître exactement la nature de cette raison. En effet, d'après le rapport d'expertise des spécialistes de la section 3, il semblerait qu'Arael se soit autodétruite alors qu'elle tentait de pénétrer dans notre réseau informatique de Reach, ce qui est une bonne chose d'un point de vue stratégique mais qui nous empêche définitivement de connaître ses motivations profondes.

Concernant le sujet Jack Foster, il n'a nullement été nécessaire d'user de charmes pour lui soutirer les informations qu'il me dissimulait. Je ne vous ai pas évoqué ce détail dans ma dernière communication car j'étais suffisamment confiante en mes capacités pour être certaine de pouvoir accomplir cette mission sans utiliser ce subterfuge peu professionnel et qui aurait pu me compromettre.

Néanmoins, il n'y a rien de bien intéressant à découvrir sur lui : il cherchait simplement à me dissimuler ce qu'il savait sur le travail de la section 2 ainsi que sur notre situation réelle dans la guerre contre les covenants. Sa certitude vient uniquement des paroles de son père qui, ayant accès aux dossiers militaires de NAVSPECWEP de part son statut au sein de la section 3, lui en a parlé plusieurs fois. Jack Foster semble avoir une confiance absolue en son géniteur et croît fermement en tout ce que celui-ci lui dit, un phénomène compréhensible lorsque l'on prend en compte l'éducation si particulière qu'il a reçu de lui. Bien entendu, ce savoir l'a mené à se méfier de tout ce qui concerne le SRN, mais c'est un phénomène plutôt largement répandu à travers l'armée et c'est pourquoi j'estime que cela est négligeable dans le cas de Jack Foster.


En définitive, nous pouvons conclure les faits suivants :

1. Le Dr Catherine Halsey nous a demandé de ne pas enquêter sur Jack Foster car elle souhaitait permettre à l'un de ses amis de conserver un fils qui, bien qu'étant un flash-clone créé par la section 3 pour remplacer son véritable enfant, a survécu miraculeusement jusqu'ici. Un geste louable et compréhensif, mais qui a monopolisé beaucoup de nos moyens pour très peu de choses.

2. Jack Foster est blanc comme neige dans cette affaire. Il n'est qu'un adolescent idéaliste illusionné par une éducation parentale trop protectrice. C'est un sujet intéressant et qui sera sans doute parfaitement fidèle au CSNU, mais qui ne mérite pas que je m'attarde sur son cas plus longtemps.

3. L'intrusion virale survenue au centre de la section 1 est le résultat final de la corruption de l'IA Arael qui, heureusement, semble avoir été détruite dans le processus. C'est un incident regrettable qui doit nous forcer à étudier plus attentivement le problème de la corruption des IA intelligentes afin que ce genre d'évènement soit réduit au maximum.


Sur ce, je vous laisse décider de si oui ou non il est nécessaire de clore ce dossier. Mais quelle que soit votre décision, je quitterai Bêta Gabrielle dès demain en suivant la fenêtre de sortie prévue par vos soins. Je reviendrai ensuite sur Reach où j'y attendrai ma prochaine affectation en espérant que, cette fois-ci, mes capacités soient mieux exploitées.


Toujours vigilante,

J. Vallentine


/fin de fichier/


//Appuyez sur ENTER pour ouvrir le document en fichier-joint/



/début de fichier/

RAPPORT DE CORRUPTION n°618

Nom d'IA : Arael
Fabricant : Virtual Tech
N° de série : 2311B-649TY1
Date de mise en service : 03/04/23
Date de corruption : 15/04/2532
Affectation : vaisseaux de la Navy (liste disponible en annexe)
Rôle : IA de coordination navale


RÉSUMÉ DU RAPPORT :

L'entité informatique Arael est une IA intelligente de 3ème génération recherchée par le SRN depuis sa disparition subite en avril 2532 alors qu'elle gérait le croiseur Longest Journey qui se trouvait à quai sur les spatiodocks de Reach lors de l'incident.

D'après les première analyses menées par les spécialistes de la section 3, cette disparition serait due à une corruption spontanée et prématurée de l'IA qui s'est "échappé" de son vaisseau assigné en transférant son programme dans le réseau informatique SATCOM de la colonie. Il est fort probable que la longue période d'inactivité qui a frappé le Longest Journey lors de son dernier voyage ait considérablement accéléré le processus de corruption.

En effet, du fait de fluctuations inhabituelles du Sous-Espace, ce vaisseau mit huit mois à effectuer un voyage nécessitant normalement sept semaines. Durant toute cette période, Arael resta en mode de fonctionnement normal au lieu de passer en mode veille comme l'exigent les protocoles de sécurité. Cela est sans doute du à une négligence de l'équipage mais, à ce jour, aucun responsable direct n'a pu être désigné.

Quoi qu'il en soit, Arael est passé dans le réseau de communication satellite de Reach qui compte plus de quatre-vingt installations, et a peut-être même utilisé les transmissions trans-planétaires ou sol-espace pour se réfugier dans d'autres structures informatiques plus labyrinthiques. Aucune des opérations de recherches entreprises par les agents et IA du SRN n'ont permis d'en retrouver la moindre trace. A ce jour, il nous est totalement impossible de connaître la localisation, le statut ou le potentiel d'action d'Arael, mais le fait qu'elle soit restée totalement inactive pendant si longtemps nous laisse croire qu'elle cherche seulement à rester cachée sans attirer l'attention. Nous ne pouvons qu'espérer qu'il en reste ainsi indéfiniment.



/fin de fichier/

 

Partager cet article

Repost0
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 20:19

TRANSMISSION N°12


Code de décryptage : Magenta
Clé publique : Incident/ enquête/ Liste blanche/ Jack Foster/ renseignements supplémentaires
Date : 6 juillet 2533, 08h17
De : Directeur Daniel Morgenstein, ONI, Section 1
A : Agent de 1ère classe Jill Valentine, ONI, Section 1
Objet : RE: RAPPORT D’ENQUÊTE J.F-079-005
Classification : TOP-SECRET (Directive de sécurité de l’ONI, Section 1)

/début de fichier/


Cher Jill,

Je suis surpris que vous n'ayez pas pris la peine de me décrire par vous-même les sentiments qu'exprime Jack Foster à votre égard. Si vous ne m'aviez pas donné la référence de cette transmission à ses parents, je ne l'aurais sans doute jamais su. J'ignore quelles sont les raisons qui vous ont fait oublier ce détail non négligeable, mais je ne compte pas laisser cet avantage inexploité.

Je ne souhaite pas prolonger cette enquête indéfiniment. En fait, j'ai même déjà une autre affaire dont j'aimerais vous charger au plus vite. C'est pourquoi je souhaite que vous exploitiez au mieux l'emprise que vous avez sur Jack Foster pour obtenir les renseignements qu'il nous dissimule. Je prépare pour vous une fenêtre de sortie de type FC-65-D le 28 de ce mois-ci. Elle apparaîtra dans le hangars à véhicule B de votre centre de formation, à 1534 heures durant votre étude de mécanique avancée. Si, passé ce délai, cette enquête est encore ouverte, je confierai sa poursuite à un autre agent.

En espérant sincèrement vous voir réussir,

 

 

D. Morgenstein
Directeur de la section 1 de l'ONI




/fin de fichier

Partager cet article

Repost0
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 12:11

TRANSMISSION N°11


Code de décryptage : Magenta
Clé publique : Incident/ enquête/ Liste blanche/ Jack Foster/ renseignements supplémentaires
Date : 5 juillet 2533, 03h49
De : Agent de 1ère classe Jill Valentine, ONI, Section 1
A : Directeur Daniel Morgenstein, ONI, Section 1
Objet : RAPPORT D’ENQUÊTE J.F-079-004
Classification : TOP-SECRET (Directive de sécurité de l’ONI, Section 1)


/début de fichier/


Monsieur,

Comme vous me l'avez demandé, j'ai intégré l'unité de soutient logistique de Jack Foster en manipulant les fichiers du PERSCORPS. Depuis le 3 juillet 2533, je suis donc une nouvelle recrue engagée volontaire dans la NAVLOG, du nom de Linda Wesley (identité pré-enregistrée JV-14). Je vous mets en fichier-joint un résumé succinct de la nature et de la composition de mon unité d'affectation. Si vous souhaitez que je vous fasse un rapport d'enquête plus complet sur l'une ou l'autre des personnes mentionnées, je reste toujours vigilante.

En ce qui concerne le sujet Jack Foster, je dois dire que le contact s'est fait plutôt difficilement. En effet, il semble avoir énormément de mal à établir toute sorte de relation non-professionnelle avec les autres, qu'ils soient de son escouade ou d'une autre. Apparemment, l'éducation isolée que lui ont donné ses parents ne lui a pas appris à réagir aux gens différents de ceux qu'il avait l'habitude de connaître dans son cercle familiale. Il ne sais pas reconnaître des modes de communications "populaires" comme la moquerie ou l'ironie, ce qui fait que beaucoup de ses collègues ont du mal à lui parler sans le froisser ou le laisser dans l'incompréhension. Par contre, ses relations avec la hiérarchie sont tout à fait normales car elles suivent le protocole militaire et ne souffrent donc d'aucune ambiguïté.


Ma personnalité originelle était sensiblement identique, il ne m'a pas été difficile d'attirer son attention en imitant son comportement. Je ne vais pas vous faire perdre votre temps précieux en vous décrivant comment s'est fait cette rencontre. De toute façon, je pense que vous en saurez bien suffisamment en lisant simplement le message envoyé par Jack Foster le 3 de ce mois à ses parents (archive communications 15092535-951846-89154912). J'irai donc droit au plus intéressant.

Je dois avouer que Jack Foster est un individu intéressant. Il possède un esprit rationnel mais malheureusement limité par son manque d'expérience en terme de relations sociales. Cela ne l'empêche pas d'être l'un des meilleurs éléments de sa compagnies, et peut-être même du régiment, ce qui lui promet une belle carrière dans le génie militaire. Le mode de pensé qu'il s'est forgé semble être basé sur un concept proche du karma : il est persuadé que si son esprit est calme et qu'il agit pour le bien des autres, le destin lui sera favorable et l'aidera à accomplir ses objectifs. Cependant, il est important de noter que de part ce fait, sa conception de la justice est très personnelle et assez difficile à cerner. Je n'ai pas encore réussi à l'analyser complètement, mais tout tourne encore une fois autour du concept de karma : certaines personnes peuvent valoir tous les sacrifices de l'univers tandis que d'autres ne méritent pas de recevoir la moindre aide.

En dehors de sa personnalité inhabituelle, Jack Foster témoigne d'une intelligence remarquable, mais sa modestie fait qu'il partage rarement ses connaissances. Il est donc difficile de déterminer avec précision ce qu'il sait et ce qu'il ne sait pas sur les éléments importants de notre affaire. Je suis cependant certaines qu'il dispose d'informations vitales pour cette enquête, car à chaque fois que je parviens à dévier nos conversations sur le SRN, son comportement change brutalement même s'il fait de gros efforts pour le dissimuler. A mon avis, il ne me fait pas encore assez confiance pour discuter librement de ce genre de choses, aussi j'évite de trop insister sur ce genre de choses pour ne pas griller ma couverture. Je sais pertinemment qu'il nourrit de puissants sentiments pour moi, mais je ne tiens pas à prendre un tel risque en comptant uniquement sur un avantage aussi fragile et éphémère que des émotions.

Je demande donc un prolongement de la mission de deux à trois semaines, le temps de gagner totalement sa confiance et de lui soutirer les renseignements qu'il nous manque.

Toujours vigilante,

J. Vallentine


/fin de fichier/


//Appuyez sur ENTER pour ouvrir le dossier en fichier-joint/

Citation:
/début de fichier/

RAPPORT DE STRUCTURE RELATIVE A L'ENQUÊTE J.F-079-005

Positionnement hiérarchique : NAVLOGCOM, 115ème régiment du Génie militaire de Bêta Gabriel, 2ème bataillon, compagnie Foxtrot, 3ème peloton de soutient logistique, 1ère escouade.

Chef de régiment : colonel Garris Holms (matricule 97528-65841-GH)

Chef de bataillon : major Cid Westwood (matricule 71813-38894-CW)

Chef de compagnie : capitaine Lee Hatano (matricule 98725-94254-LH)

Chef de peloton : lieutenant John Hackelwer (matricule 85499-18714-JH)

Chef d'escouade : caporal Edgard Stoyer (matricule 68425-58841-ES)

Rôles de l'escouade :
  • soutient logistique des troupes de UNICOM et NAVSPECWEP
  • liaison radio avec FLEETCOM et SATCOM
  • entretient d'urgence des équipements et bâtiments alliés
  • cryptage des transmissions alliées
  • décryptage des transmissions ennemies
  • désactivation des systèmes de sécurité ennemis
  • mise en place de périmètres de détection automatique

Rapport homme/femme de l'escouade : 8/4

Date de début de l'entraînement : 1er juillet 2533

Date de fin de l'entraînement :1er janvier 2534

/fin de fichier/




/fin de transmission/

Partager cet article

Repost0
31 mai 2010 1 31 /05 /mai /2010 12:06

TRANSMISSION N°10


Code de décryptage : aucune (transmission civile)
Clé publique : Entraînement/ Découvertes/ Émotions
Date : 3 Juillet 2533, 21h37
De : Jack Foster
A : Edward Foster
Objet : DÉBUT DE L'ENTRAÎNEMENT
Classification : privée


/début de fichier/


Père,

Je suis navré de ne pas vous avoir écris plus tôt à toi et à maman, mais tout s'est passé tellement vite que je n'ai même pas eut le temps d'y penser. Rassurez-vous : je suis bien arrivé sur Bêta Gabriel et l'entraînement a très bien commencé. On nous apprends des choses vraiment passionnantes comme la cryptographie, la structure informatique de l'armée et le fonctionnement des équipements militaires. Mes supérieurs me trouvent très doué et disent que je monterais probablement très vite en grade. Peut-être même que je deviendrais officier avant dix ans. En bref, ma formation se déroule à merveille.

Mais ce n'est pas pour vous informer simplement de cela que je vous écris ce message. Le besoin de vous parler m'a envahi ce matin lorsqu'une nouvelle recrue a rejoint mon escouade pour remplacer l'un de mes coéquipiers jugé inapte au service d'après son dossier médical. Elle s'appelle Linda Wesley, elle vient de Reach, et elle n'est absolument pas comme les autres filles que j'ai connu. Je sais que vous vous êtes toujours inquiété de ma situation sentimentale et du fait que je n'ai jamais eu de petite amie. Pour vous dire la vérité, je n'avais jamais vraiment cherché à en avoir une car jusque là je focalisais mes pensées sur mes études. Mais du fond de mon cœur, j'ai vraiment l'impression que Linda et moi sommes faits l'un pour l'autre.

Je sais que cela ne va pas vous rassurer, mais elle est aussi solitaire que moi et reste à l'écart des autres. Je l'ai approché durant le repas de midi alors qu'elle était assise seule à une table. D'abord, elle s'est montré hostile, mais lorsque je lui ai dit que nous étions apparemment semblables, cela a éveillé son intérêt et j'ai pu discuter plus ou moins librement avec elle. Nous avons le même âge, nous sommes tous deux enfants uniques et nous avons suivis à peu près les mêmes études. Elle aussi s'est engagée dans l'armée pour aider l'humanité contre l'Alliance, mais je ne sais pas si elle réalise à quel point notre situation dans cette guerre est désespérée. Je ne veux pas l'affoler en lui disant la vérité là-dessus car elle risquerait de démissionner. Et je ne veux pas qu'elle parte d'ici.

Si je ne devais décrire Linda qu'avec un seul mot, je dirais "pure". Elle possède une aura fantastique et un esprit incroyablement semblable au mien, ce qui me dit que c'est vraiment le destin qui nous a réuni. Elle s'est engagée dans le génie pour protéger les autres et aider le plus de gens possible, ce qui fait un point commun de plus entre nous. Et par-dessus tout ça, je dois vous avouer également qu'elle est
extrêmement belle (je vous envoie une photo d'elle que j'ai malheureusement dû prendre à son insu afin de vous la montrer). J'espère vraiment parvenir à devenir son ami afin de passer plus de temps avec elle. C'est vous dire à quel point je me sens tendu en ce moment, mais à quel point ça m'a fait du bien d'écrire tout ceci.

J'essayerai de vous envoyer d'autres messages régulièrement pour vous dire comment les choses évoluent.

Votre fils qui vous aime,

Jack



/fin du fichier/


//Appuyez sur ENTER pour ouvrir le dossier en fichier-joint/

 

http://i62.servimg.com/u/f62/14/32/80/26/jill_v10.jpg

 

 




/fin de fichier/

Partager cet article

Repost0